bg_header

Projets réalisés

Implantation et suivi de projets pour la réduction des GES.

Calcul de rentabilité d’un projet.

La particularité d’un projet d’efficacité énergétique est son rendement financier élevé. Il arrive souvent qu’un projet diminue les coûts d’entretien d’un équipement, mais, de façon générale, ceux-ci sont parfois difficiles à quantifier et intéressent peu les décideurs. L’important est le rendement financier ‘direct’.

De façon simpliste la question est la suivante; j’ai 1000$ à la banque, il me rapporte du 7%. Si je te prête cet argent, quel est le taux d’intérêt me promets-tu?

Si on promet du 8%, en théorie, cela devrait être un meilleur placement qu’à la banque, mais en pratique ce n’est pas le cas. Le taux d’intérêt est également calculé en risque. L’exécution d’un projet d’économie d’énergie est, selon les comptables, plus risqué que de laisser son argent à la banque, bien en sécurité.

Ainsi pour un investissement en capital, certaines entreprises exigeront de 2 à 3 % de plus que le taux d’intérêt bancaire (placement ou autres).

C’est ici que les projets d’efficacité énergétique deviennent très intéressants. Puisque les économies d’énergie (donc de combustible) peuvent être facilement calculées, le risque est faible. De plus, actuellement (en 2016), puisque le prix du combustible atteint des planchers historiques, les chances que le prix du mazout monte sont assurément plus élevées que l’inverse, réduisant ainsi le risque de façon significative.

Nous avons évalué, élaboré et implanté plus d’une centaine de projet sur une vingtaine de navire. Certains subventionnés et d’autre non vu leurs rentabilités exceptionnelles sans subvention.

Exemple de projets (tous des exemples réels, implantés sur des navires marchands)

 

EXEMPLE 1 :

exemple1Sur un navire on retrouve la consommation électrique suivante :

  • Eau chaude domestique : 13kW en moyenne, 250 jours par année.
  • Chauffage des accommodations; 60kW en moyenne; 90 jours par année.
  • Chauffage des génératrices à l’arrêt; 15kW en moyenne, 250 jours par année.

Puisqu’il n’y a aucune chaudière à vapeur auxiliaire, il est impératif d’installer un système de récupération d’eau chaude sur les moteurs diésels. Le moteur principal produit plus de 1800kW de chaleur en mer et les auxiliaires plus de 150kW.

Les génératrices produisent de l’électricité à un prix de 0,17$/kWh. (227g/kWh et 750$/t).

Consommation d’énergie annuelle pour ces trois consommateurs est donc de 297,600 kWh ou 53,592$ par année. On prévoit que la totalité de cette énergie sera maintenant produite par les moteurs.

Le projet coûte 165,000$, le rendement demandé par l’armateur est de 8%.

Ce projet a un rendement de 18,7% sur 5 ans….Difficile à battre!

Réduction de 228 tonnes de CO2 éq. (PETMAF 228,000$ potentiel).

 

exemple2

EXEMPLE 2 :

Un navire possède une pompe de refroidissement qui consomme 35kW, 24/24 pendant 300 jours par année.

On doit remplacer cette pompe par une pompe plus efficace de 10% avec un variateur de vitesse contrôlé en fonction de la température d’eau de mer et de la charge thermique.

Consommation avant les modifications = 252,000 kWh.

Les génératrices produisent de l’électricité à un prix de 0,08$/kWh. (220g/kWh et 350$/t).

Coût en combustible annuel = 20,160$.

Le projet coûtera 52,500$.

Le rendement demandé par l’armateur est de 8%.exemple2b

Après les modifications la consommation d’énergie baisse à 100,000kWh.

Une économie de 12,160$ par année.

Ce projet a un rendement de 10,3% sur 5 ans.

Réduction de 107 tonnes de CO2 éq. (PETMAF 107,000$ potentiel).

 

 

 

Projets2EXEMPLE 3 :

Sur un navire la consommation d’air comprimé est de 1000 m3/jour, 350 jours par année. La totalité de l’air est produite par un compresseur d’air principal à 22 bars (5,5 m3/kWh).

Puisque 95% de l’air consommé à bord est de l’air à 6 bars, on décide d’installer un compresseur de service auxiliaire qui alimentera également le contrôle du moteur principal.

Le projet coûtera 17,000$, le rendement demandé par l’armateur est de 8%.

Le coût de l’énergie est de 0,18$/kWh.

Le nouveau compresseur produit de l’air 12,5 m3/kWh, on a donc on a une économie de 35,600 kWh. Soit de 6,400$/année.

Ce projet a un rendement de 28,8%.

Réduction de GES de 25,0 tonnes. (PETMAF 25,000$ potentiel).

 

 

EXEMPLE 4 :

exemple4

Sur un navire les ventilateurs de la salle des machines fonctionnent en mode manuel, soit en mode rapide, soit en mode lent ou soit à l’arrêt. Puisque la température extérieure et la charge des moteurs diésels varient constamment, il a été décidé d’automatiser la vitesse des ventilateurs en fonction de la température de la salle des machines et des besoins des moteurs diésel.

Un automate avec une interface tactile et deux variateurs ont été installés en plus d’un contrôle sur les départs et les arrêts automatiques.

Des économies de 25kW en moyenne ont été mesurées sur une période de 180 jours. Soit 108,000kWh à 0,15$/kWh.

Le projet a coûté 60,000$, a fait épargner plus de 16,200$ par année à l’armateur. Pour un rendement de 11% mais plus de 46% sur 5 ans après la subvention du PETMAF.

 

exemple5EXEMPLE 5

Un navire consomme 2,200,000 kWh d’énergie par année. Les vielles génératrices ont une consommation spécifique de 280g/kWh. On décide de remplacer une génératrice par une autre plus performante à 220 g/kWh.

Puisque la nouvelle génératrice peut produire pratiquement 80% de l’énergie annuelle soit 1,760,000 kWh, l’économie de combustible est de 105 tonnes par année. 79,000$ à 750$/tonne de combustible.

PETMAF peut fournir 336,000$ (336 tons de CO2eq at 1000$/t). Le coût du projet est de 750,000$. Le MTQ réduit le coût à 414,000$.

Ce projet représente un rendement d’environ 10% sur 10 ans.

Et les subventions?

Le programme PETMAF subventionne jusqu’à 50% des projets à raison d’un maximum de 1000$ par tonne de GES évitée sur une base annuelle. Normalement plusieurs projets sont dénichés lors de l’audit énergétique. L’armateur choisi parmi la liste fournis les projets qu’il veut réaliser.

Dans plusieurs des cas mentionnés, la réduction de GES est supérieure à 50% du prix du projet, une subvention maximale peut donc être attribuée (jusqu’à 50% du prix du projet) si elle rencontre les objectif du programme.

 

Les rendements seront donc souvent supérieurs à 20% sur 5 ans, aucun investissement ne peut garantir un tel rendement!

Projets4

Notre approche de gestion de projets.

L’audit énergétique permet de dénicher des projets rentables. Une fois les demandes d’aide financière acceptées, le cas échéant, GHGES peut superviser les travaux afin de s’assurer qu’il rencontre les critères d’installation. La mise en place du projet se résume à :

  • Les plans et devis.
  • L’estimation budgétaire.
  • L’élaboration de l’échéancier sur MS Project.
  • L’installation.
  • La mise en marche et les essais.
  • L’élaboration du manuel d’opérations (Ici un exemple).
  • L’installation d’enregistreur de données.
  • Le suivi sur une période d’un an.

Pourquoi attendre, contactez GHGES Marine Solutions.

Exemple de manuel d’opérations